Augusto Monterroso

Augusto Monterroso
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
MexicoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Bárbara Jacobs (en) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Prix Xavier Villaurrutia ()
Premio FIL de Literatura en Lenguas Romances (en) ()
Prix Princesse des Asturies de littérature ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Augusto Monterroso est un écrivain guatémaltèque né à Tegucigalpa (capitale du Honduras) le et mort le à Mexico.

Biographie

De mère hondurienne et de père guatémaltèque, Augusto Monterroso Bonilla a choisi la nationalité du pays où il a passé toute sa jeunesse, le Guatemala.

Autodidacte, dès l'âge de 11 ans, il abandonne l'école au profit de ses aspirations littéraires et musicales, avec l'appui d'un précepteur.

Un an après que sa famille s'est installée définitivement à la capitale, Guatemala, il se consacre entièrement à ses activités littéraires, fondant en 1937 l'Association des jeunes artistes et écrivains du Guatemala, qui sera à l'origine de la Génération de 40. En 1941 il publie ses premiers contes dans la revue Acento et le journal El Imparcial. Parallèlement, il lutte contre la dictature de Jorge Ubico, en signant notamment le manifeste des 311 et en fondant avec des amis le journal politique El espectador. Arrêté sur ordre du général Federico Ponce Vaides (le successeur d'Ubico), il se voit contraint de demander l'exil politique à l'ambassade du Mexique en septembre 1944.

La révolution d'octobre de 1944 et l'élection de Juan José Arévalo lui permettent de retourner en 1945 dans son pays d'origine et d'en intégrer le corps diplomatique. Il occupe le poste de vice-consul à Mexico jusqu'en 1953, période durant laquelle il commence ses études universitaires et publie ses premiers contes. Il est ensuite muté à La Paz où il assumera le poste de consul jusqu'au coup d'État orchestré par la CIA contre Jacobo Arbenz en 1954. Il abandonne alors ses fonctions et s'exile à Santiago du Chili. Il y rencontre de nombreux écrivains, dont Manuel Rojas et surtout Pablo Neruda dont il devient le secrétaire à La Gaceta de Chile. C'est à Santiago, dans le journal El Siglo, qu'il publie pour la première fois le désormais célèbre conte Mister Taylor, qu'il avait écrit juste avant de quitter La Paz, en réaction à l'intervention nord-américaine au Pérou.

Il retourne définitivement à Mexico en 1956, où il poursuit une carrière d'universitaire tout en continuant de voyager régulièrement à travers l'Amérique latine pendant trois ans. En 1959, la publication d' Œuvres complètes (et autres contes) (es) le rend immédiatement célèbre dans les milieux littéraires latino-américains, notamment pour sa surprenante micronouvelle Le Dinosaure.

Il prend une place de plus en plus importante dans la vie littéraire et universitaire mexicaine, surtout à partir de 1969 quand, après la publication de Fables à l'usage des brebis galeuses (es), il obtient une importante reconnaissance internationale ainsi que la charge de l'atelier de conte de la Direction générale de Diffusion culturelle de l'UNAM et de l'atelier d'écriture narrative de l'Institut national des Beaux-Arts. C'est lors de ces stages d'écriture qu'il rencontrera en 1970 celle qui deviendra sa femme six ans plus tard ainsi qu'un écrivain reconnu, Bárbara Jacobs (es).

Sa célébrité et sa place dans la littérature continuent de s'accroître après la parution de Mouvement perpétuel, salué comme le meilleur livre de l'année 1972 au Mexique, puis l'obtention du prestigieux prix Xavier Villaurrutia en 1975, pour son Anthologie personnelle[1]. Entre ses nombreux voyages à travers l'Amérique latine et l'Europe, il publie son unique roman en 1978.

Il obtient de nombreux autres prix littéraires et distinctions honorifiques à partir des années 1990, comme le titre de docteur honoris causa de l'université de San Carlos du Guatemala, l'Ordre Miguel Ángel Asturias, le Quetzal de Jade Maya de l'Association des journalistes du Guatemala, le prix de littérature latino-américaine et caribéenne Juan Rulfo et surtout le prix Prince des Asturies des Lettres pour l'ensemble de sa carrière littéraire.

Il est mort à Mexico dans la nuit du 7 au 8 février 2003.