Atoll

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atoll (homonymie).
La vie aquatique ou terrestre d'un atoll (ici : Marakei) et les conditions modifiées d' évapotranspiration et d' albédo engendrent des nuages, des turbulences aériennes. Leurs masse et position modifient les courants marins.

Un atoll est un type d' île corallienne basse des océans tropicaux. Les atolls se composent d'un récif barrière, d'un ou plusieurs îlots appelés motu formés par accumulation de sable à l'arrière de ce récif, et entourant une dépression centrale.

La dépression peut faire partie de l'île émergente ou d'une partie de la mer (c'est-à-dire d'un lagon) ou, plus rarement, d'une enceinte fermée remplie d'eau douce, saumâtre ou fortement saline.

Le terme fut popularisé par le naturaliste anglais Charles Darwin ( 1842, p. 2), qui a décrit des atolls comme un sous-ensemble dans une classe spéciale d'îles, dont l'unique propriété est la présence d'un récif organique. Darwin théorise également la formation de ce type de structures par enfoncement total d'un volcan sous l'eau. Darwin avait pressenti que la disposition en anneau des bancs madréporiques était probablement imputable à la submersion graduelle d'une île existant précédemment, souvent d'origine volcanique, du fait de l'affaissement de celle-ci ou de la montée du niveau de la mer due à la phase interglaciaire actuelle.

Des définitions plus modernes d'atoll ont été données par McNeil ( 1954, p. 396) et Fairbridge ( 1950, p. 341).

McNeil les définit comme « récif annulaire enfermant un lagon dans laquelle il n'y a aucun promontoire autre que des récifs et [des îlots] composés de détritus de récif ».

Fairbridge les décrit « dans un sens exclusivement morphologique, [comme] un récif en forme de ruban annulaire enfermant un lagon au centre ».

Le terme Atoll provient du divehi ( langue indo-aryenne des îles Maldives) atolu. Sa première trace d'utilisation dans les langues européennes date de 1619 : le terme atollon est employé à plusieurs reprises par François Pyrard pour décrire les atolls maldiviens dans son ouvrage Voyage de François Pyrard de Laval contenant sa navigation aux Indes orientales, Maldives, Moluques, et au Brésil (Paris : Thiboust, 1619).

Processus de formation

Cette animation montre le processus dynamique de la formation d'un atoll de corail. Le corail (représenté en violet) colonise le pourtour d'une île et forme une frange ( récif frangeant). Avec l'enfoncement du plancher (refroidissement de la croûte océanique), cette île est progressivement ennoyée et la ceinture de corail semble se détacher de l'île ( récif barrière). À terme, l'île disparaît sous la surface océanique ne laissant qu'une ceinture corallienne entourant un lagon ouvert ou fermé (atoll). Le processus de formation d'un atoll peut durer 30 millions d'années.

Pour qu'un atoll puisse se former, les conditions climatiques du milieu doivent rencontrer trois importantes conditions. La température doit être suffisamment élevée, il doit y avoir beaucoup de lumière (eaux peu profondes) et le milieu doit être riche en dioxygène. Ces trois conditions se retrouvent fréquemment sous les tropiques, sur la frange des îles volcaniques.

En plus des conditions climatiques, certaines conditions géologiques doivent aussi exister pour que l'atoll puisse se former. Au départ, il doit y avoir de l'activité volcanique sur une plaque océanique, comme celle du Pacifique. Si le volcan atteint une hauteur suffisante pour émerger et former une île, un récif corallien peut alors commencer à se former tout autour de cette dernière. Ce récif se construit à de faibles profondeurs, où il y a abondance de lumière. C'est le stade initial de la formation d'un atoll appelé «  récif frangeant  ».

Selon la théorie de la tectonique des plaques [1], plus une plaque océanique s'éloigne de la dorsale qui la forme, plus sa densité augmente, plus elle refroidit et plus elle s'enfonce, entraînant avec elle le matériel qu'elle supporte. Dans le cas qui nous intéresse ici, le matériel qui s'enfonce avec la plaque est un volcan. Si le taux de production de récif corallien par le corail est suffisant pour contrer le taux d'enfoncement du volcan et ainsi rester en surface, il y aura formation d'une barrière insulaire. C'est le second stade de la formation d'un atoll.

À mesure que la plaque se déplace latéralement et que le volcan s'enfonce, le récif se développe à la verticale. Avec le temps, souvent plusieurs millions d'années, le volcan disparaît complètement sous l'eau et ce qui reste à la surface est le récif corallien en forme d'anneau, c'est le stade de l'atoll proprement dit [2].

Dans d'autres langues
Acèh: Atol
Afrikaans: Atol
العربية: شعب حلقي
azərbaycanca: Atoll
Boarisch: Atoll
беларуская: Атол
беларуская (тарашкевіца)‎: Атол
български: Атол
भोजपुरी: एटॉल
brezhoneg: Atoll
bosanski: Atol
català: Atol
čeština: Atol
Cymraeg: Atol
dansk: Atol
Deutsch: Atoll
Ελληνικά: Ατόλλη
English: Atoll
Esperanto: Atolo
español: Atolón
eesti: Atoll
euskara: Atoloi
suomi: Atolli
føroyskt: Atoll
Nordfriisk: Atol
Frysk: Atol
Gaeilge: Atall
galego: Atol
Avañe'ẽ: Ykuãirũ
עברית: אטול
हिन्दी: एटोल
hrvatski: Atol
magyar: Atoll
Հայերեն: Օղակակղզի
Bahasa Indonesia: Atol
Ido: Atolo
íslenska: Hringrif
italiano: Atollo
日本語: 環礁
ქართული: ატოლი
Адыгэбзэ: Атолл
қазақша: Атолл
ភាសាខ្មែរ: អាតុល
한국어: 환초
Кыргызча: Атолл
Latina: Atollum
Limburgs: Atol
lietuvių: Atolas
latviešu: Atols
македонски: Атол
മലയാളം: അടോലുകൾ
Bahasa Melayu: Atol
Nederlands: Atol (geologie)
norsk nynorsk: Atoll
norsk: Atoll
Novial: Atole
occitan: Atòl
ਪੰਜਾਬੀ: ਗੋਲ ਮੂੰਗਾ
polski: Atol
português: Atol
română: Atol
русский: Атолл
sicilianu: Atollu
Scots: Atoll
srpskohrvatski / српскохрватски: Atol
Simple English: Atoll
slovenčina: Atol
slovenščina: Atol
shqip: Atoli
српски / srpski: Атол
svenska: Atoll
Kiswahili: Atolli
Tagalog: Karang
Türkçe: Mercan adası
українська: Атол
oʻzbekcha/ўзбекча: Atoll
vèneto: Atolo
Tiếng Việt: Rạn san hô vòng
吴语: 環礁
მარგალური: ატოლი
中文: 環礁
Bân-lâm-gú: San-ô͘-tó
粵語: 環礁