Apophénie

En psychiatrie, une apophénie est une altération de la perception, qui conduit un individu à attribuer un sens particulier à des événements banals en établissant des rapports non motivés entre les choses. Tout lui paraît avoir été préparé pour lui : pour tester s'il remarque ces bizarreries, etc.

En psychologie jungienne, l'apophénie est à rapprocher de la notion de synchronicité, bien que Jung se contente de décrire le phénomène tel qu'il est vécu, sans se positionner clairement quant à l'idée que ce phénomène consiste en une distorsion de la perception ou s'il s'agit d'un contact particulier avec une authentique réalité métaphysique.

Certains[Qui ?] voient dans ce phénomène une explication du lien entre psychose et créativité.

Pour Klaus Conrad, l'apophénie est la deuxième phase dans le développement d'une schizophrénie (entre le tréma et l’apocalypse[1]). Conrad a d'abord décrit ce phénomène en relation à la distorsion de la réalité présente dans les cas de psychoses, mais il est devenu plus largement utilisé pour décrire cette tendance chez des individus sains sans nécessairement impliquer la présence de troubles neurologiques ou de maladie mentale[2]. En ce sens, il est devenu un quasi-synonyme de paréidolie d'après James Alcock.

Certains individus atteint d'apophénie remarquent de manière anormalement élevée l'apparition de motifs dans des ensembles de données aléatoires.

Dans d'autres langues
العربية: استسقاط
беларуская: Апафенія
български: Апофения
català: Apofènia
čeština: Apofenie
dansk: Apophenia
Deutsch: Apophänie
English: Apophenia
español: Apofenia
עברית: אפופניה
italiano: Apofenia
қазақша: Апофения
Latina: Exemplaritas
Nederlands: Apofenie
norsk: Apofeni
polski: Apofenia
português: Apofenia
русский: Апофения
українська: Апофенія