Anticléricalisme

« L'action cléricale sur notre malheureuse planète », illustration du journal La Calotte (Asmodée, 1908).
Les Corbeaux, n° 145, 5 janvier 1908.

L'anticléricalisme est un système opposé aux tendances du clergé[1]. D'après Françoise Marcard[2], l'anticléricalisme s'oppose au cléricalisme, « sachant qu'il y a présomption de cléricalisme chaque fois que le fait religieux transgresse les frontières du terrain dit temporel ».

L'anticléricalisme insiste sur la nécessaire séparation du religieux et du profane. Il postule la liberté de conscience individuelle. Autour de ce noyau dur de convictions, l'anticléricalisme évolue en relation étroite avec le cléricalisme qu'il combat, et d'une façon plus large avec les religions[2].

Selon l'historien et politologue catholique René Rémond :

« L'anticléricalisme comporte un élément irréductible et qui est une défiance, peut-être une aversion insurmontable pour toute Église. Si peu clérical que le fait religieux puisse devenir, il gardera toujours de quoi irriter, inquiéter ou susciter l'anticléricalisme. Il y a donc lieu de considérer que l'anticléricalisme constitue un facteur durable du champ des idéologies[3]. »

L’anticléricalisme, composante essentielle de la tradition du Siècle des Lumières, reste une position extrêmement minoritaire sur la planète : les croyances et les pratiques religieuses continuent de réguler plus ou moins profondément la vie quotidienne de la plus grande partie de sa population[4].

Dans d'autres langues
asturianu: Anticlericalismu
azərbaycanca: Antiklerikalizm
Esperanto: Antiklerikalismo
Bahasa Indonesia: Anti-rohaniwan
日本語: 反教権主義
한국어: 반교권주의
Lëtzebuergesch: Antiklerikalismus
Nederlands: Antiklerikalisme
português: Anticlericalismo
slovenčina: Antiklerikalizmus
slovenščina: Antiklerikalizem
українська: Антиклерикалізм