Alice Liddell

Ne doit pas être confondu avec Lidl.
Alice Liddell
Alicebeggar.png

Alice Liddell déguisée en mendiante et photographiée en 1858 par Charles Dodgson (Lewis Carroll).

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Westerham Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Père
Fratrie
Frederick Francis Liddell ( en) Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Reginald Hargreaves ( en) Voir et modifier les données sur Wikidata
signature d'Alice Liddell

signature

Alice Pleasance Hargreaves, née Alice Pleasance Liddell à Westminster le , et morte le dans le Kent, est l'une des petites filles amies de Lewis Carroll. Il a écrit pour elle Les Aventures d'Alice au pays des merveilles.

Le rôle et l'influence d'Alice Liddell sur les livres de Charles Dodgson

Origine d'Alice au pays des merveilles

Le , profitant d'une promenade en barque sur la Tamise entre Oxford et Godstow, la petite Alice Liddell, alors âgée de dix ans, demande à Charles Dodgson de la distraire en lui racontant une histoire. Pendant que le révérend Robinson Duckworth se charge de ramer, Charles Dodgson improvise pour Alice et ses deux sœurs également embarquées, Edith (huit ans) et Lorina (treize ans), l'histoire fantastique d'une petite fille (justement appelée Alice) après qu'elle fut tombée dans le terrier d'un lapin. Quand il eut fini, Alice Liddell lui demande s'il est possible qu'il couche l'histoire sur le papier, insistant encore et encore, ce qu'il fait finalement [1].

En novembre 1864, soit deux ans et demi après qu'Alice Liddell l'a prié de mettre le récit par écrit, il en achève la rédaction qu'il titre Alice's Adventures Under Ground (Les Aventures d’Alice sous terre). Il l'offre à Alice Liddell comme cadeau pour le Noël de l'an 1864 et le fait lire à son ami et mentor George MacDonald ainsi qu'à ses enfants, qui apprécient le livre. Sur le conseil de son ami, Charles Dodgson décide de soumettre le livre pour publication. Il développe l'histoire en ajoutant entre autres les épisodes du Chat du Cheshire et de la tea-party, faisant passer le manuscrit de 18 000 à 35 000 mots. Dodgson a lui-même réalisé des dessins devant accompagner le livre mais ceux-ci ne sont pas jugés assez bons et les illustrations sont (re)dessinées par John Tenniel, dessinateur réputé à cette époque. Finalement, le manuscrit est publié en 1865 sous le titre Les Aventures d'Alice au pays des merveilles (Alice's Adventures in Wonderland), tiré dans un premier temps à 2 000 exemplaires (Tenniel trouvant que les tirages ne sont pas de bonne qualité), puis réédité quelques mois après avec un tirage plus important. Le succès que le livre connaît alors ne s'est plus jamais démenti depuis.

En 1871 paraît un autre livre sur « Alice », Through the Looking-Glass, and What Alice Found There ( De l'autre côté du miroir), et en 1886 le fac-similé d'Alice's Adventures Under Ground.

Comparaison entre Alice Liddell et « Alice » de la fiction

Alice Liddell et le personnage fictif d'« Alice » dans le livre sont peut-être à différencier. L'idée ancienne et répandue selon laquelle « Alice » est fortement fondée sur Alice Liddell est controversée. Cependant, il est évident que ces histoires racontée à Alice se fondaient sur le caractère et les manières de la petite fille. Ainsi, vers la fin de sa vie, Charles Dodgson, sans doute lassé de l'influence prêtée à Alice sur son œuvre, déclarait que le personnage d'« Alice » était entièrement imaginaire et n'était pas fondé sur une enfant en particulier ou ayant réellement existé. Quoi qu'il en soit, une chose est certaine : Alice Liddell n'a pas inspiré les dessins d'« Alice » dans les éditions originales, John Tenniel, l'illustrateur, ne l'ayant jamais rencontrée. Il s'est en fait inspiré d'une photo de Mary Hilton Badcock, une autre jeune amie de Dodgson, qui lui avait été donné par l'auteur lui-même.

Deux éléments concrets démontrent que les livres lui étaient au moins dédiés. La lettre dans laquelle Dodgson demande à Alice de lui prêter l'exemplaire qu'il lui avait dédicacé et dessiné, pour publication, si elle était d'accord, et au XIIe et dernier chapitre du livre De l'autre côté du miroir (Through the Looking-Glass, and What Alice Found There) figure un acrostiche, poème qui, lu de haut en bas en se concentrant sur la première lettre de chaque vers, forme le nom d'« Alice Pleasance Liddell » [2] :

Illustration de Sir John Tenniel pour la 1re édition d'Alice au pays des merveilles (1865).

« A boat beneath a sunny sky,

Lingering onward dreamily
In an evening of July--

Children three that nestle near,
Eager eye and willing ear,
Pleased a simple tale to hear--

Long has paled that sunny sky:
Echoes fade and memories die.
Autumn frosts have slain July.

Still she haunts me, phantomwise,
Alice moving under skies
Never seen by waking eyes.

Children yet, the tale to hear,
Eager eye and willing ear,
Lovingly shall nestle near.

In a Wonderland they lie,
Dreaming as the days go by,
Dreaming as the summers die:

Ever drifting down the stream--
Lingering in the golden gleam--

Life, what is it but a dream? »
Dans d'autres langues
العربية: أليس ليدل
български: Алиса Лидъл
català: Alice Liddell
Cymraeg: Alice Liddell
Deutsch: Alice Liddell
English: Alice Liddell
Esperanto: Alice Liddell
español: Alice Liddell
euskara: Alice Liddell
فارسی: آلیس لیدل
עברית: אליס לידל
interlingua: Alice Liddell
italiano: Alice Liddell
한국어: 앨리스 리들
Nederlands: Alice Liddell
português: Alice Liddell
srpskohrvatski / српскохрватски: Alice Pleasance Liddell
Simple English: Alice Liddell
svenska: Alice Liddell
Tagalog: Alice Liddell
Türkçe: Alice Liddell
українська: Аліса Ліддел