Alexandre Millerand

Alexandre Millerand
Alexandre Millerand, en 1914.
Alexandre Millerand, en 1914.
Fonctions
Sénateur de l'Orne
[Note 1]
(12 ans, 8 mois et 10 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Robert Leneveu
Sénateur de la Seine

(1 an, 9 mois et 4 jours)
Élection
Prédécesseur Paul Magny
Successeur Amédée Dherbecourt
Président de la République française

(3 ans, 8 mois et 19 jours)
Élection 23 septembre 1920
Président du Conseil Georges Leygues
Aristide Briand
Raymond Poincaré
Frédéric François-Marsal
Prédécesseur Paul Deschanel
Successeur Gaston Doumergue
Président du Conseil des ministres français
et ministre des Affaires étrangères

(8 mois et 3 jours)
Président Raymond Poincaré
Paul Deschanel
Gouvernement Millerand I et II
Législature XIIIe
Coalition Bloc national
( ARD, FR, RI, DVD)
Prédécesseur Georges Clemenceau
Successeur Georges Leygues
Ministre de la Guerre

(1 an, 2 mois et 3 jours)
Président Raymond Poincaré
Président du Conseil René Viviani
Gouvernement Viviani II
Prédécesseur Adolphe Messimy
Successeur Joseph Gallieni

(11 mois et 29 jours)
Président Armand Fallières
Président du Conseil Raymond Poincaré
Gouvernement Poincaré I
Prédécesseur Adolphe Messimy
Successeur Albert Lebrun
Ministre du Commerce, de l'Industrie,
des Postes et Télégraphes

(2 ans, 11 mois et 16 jours)
Président Émile Loubet
Président du Conseil Pierre Waldeck-Rousseau
Gouvernement Waldeck-Rousseau
Prédécesseur Paul Delombre
Successeur Georges Trouillot
Député de la Seine

(34 ans, 11 mois et 19 jours)
Élection 13 décembre 1885
Réélection 6 octobre
20 août 1893
8 mai 1898
27 avril 1902
6 mai 1906
8 mai 1910
26 avril 1914
16 novembre 1919
Prédécesseur scrutin proportionnel
Titulaire du fauteuil 5 de la Section 3
de l'Académie des sciences morales et
politiques

(24 ans et 3 mois)
Prédécesseur Maurice Sabatier
Successeur Jules Basdevant
Biographie
Nom de naissance Étienne Alexandre
Millerand
Date de naissance
Lieu de naissance Paris ( Xe)
Date de décès (à 84 ans)
Lieu de décès Versailles ( Seine-et-Oise)
Nature du décès Maladie de Parkinson [1]
Parti politique Socialiste indépendant
Indépendant
PRS
LRN
Conjoint Jeanne Levayer
Diplômé de Université de Paris
Profession Avocat, journaliste
Religion Agnostique

Alexandre Millerand
Présidents du Conseil des ministres français
Présidents de la République française

Alexandre Millerand, né à Paris le et mort à Versailles le , est un homme d'État français, président de la République de 1920 à 1924, d'abord de tendance socialiste puis qui évolue à droite au fur et à mesure de son parcours ministériel. Il est surtout connu pour avoir été le premier socialiste (quoique indépendant) à entrer dans un gouvernement français.

Biographie

Origine et débuts

Né à Paris le 10 février 1859, Alexandre Millerand est le fils de Jean François Millerand [Note 2] (3 décembre 1826 à Gentilly – 1897 à Paris), négociant en drap installé dans le quartier du Sentier, originaire de la Haute-Saône (de Roche-sur-Vanon, aujourd'hui Roche-et-Raucourt), et de Mélanie Caen (née en 1835).

Licencié en droit, il s'inscrit au barreau de Paris en 1881 et devient un avocat d'affaires important. Il défend les révolutionnaires se réclamant de Narodnaïa Volia, 27 membres de l'organisation terroriste ont comparu devant la cour de justice, le 5 juillet 1890, en correctionnelle, à Paris ; certains d'entre eux, défendus par Alexandre Millerand, ont été condamnés à trois ans de prison [2], [Note 3].

Il entame parallèlement une carrière de journaliste — il collabore notamment au journal de Georges Clemenceau, La Justice — et une carrière d'homme politique. Il devient franc-maçon le 21 mai 1883 en adhérant à la loge L'Amitié du Grand Orient de France [3], [4].

Socialiste

Élu député à seulement 26 ans de la Seine en 1885, il siège à l' extrême gauche. Il est réélu sans interruption jusqu'en 1919. Il fait signer les « décrets Millerand » qui réglementent et réduisent le temps de travail tout en garantissant un temps de repos hebdomadaire. Il préconise en 1892 la nationalisation de toutes les mines. Il rédige en 1896 le « programme de Saint-Mandé » considéré comme le texte fondateur du socialisme français d'inspiration marxiste [5] [réf. insuffisante].

Pragmatique et davantage réformateur que révolutionnaire, il accepte une place dans le gouvernement « bourgeois » de défense républicaine de Pierre Waldeck-Rousseau en 1899 [5] [réf. insuffisante]. Cette entrée au gouvernement, en pleine affaire Dreyfus, aux côtés du général de Galliffet, suscite la désapprobation de très nombreux socialistes, dont Jules Guesde et Rosa Luxemburg. Jaurès, ainsi que le radical Clemenceau, le soutiennent toutefois.

Patriote

Il affirme son patriotisme en créant en 1914 la Fédération des gauches (avec les députés favorables à la loi Briand des Trois ans) puis la Ligue républicaine nationale. Sa carrière politique culmine en 1920, d'abord avec sa nomination comme président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, puis par son élection à la présidence de la République le 23 septembre, après la démission de Paul Deschanel dont il assura d'abord l' intérim à la tête du gouvernement (du 21 au 23 septembre 1920).

Dans d'autres langues
azərbaycanca: Aleksandr Milyeran
srpskohrvatski / српскохрватски: Alexandre Millerand
slovenčina: Alexandre Millerand
Tiếng Việt: Alexandre Millerand