Écriture

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Écritures. Pour le terme théorique, voir Écriture littéraire.
Statue de Gudea dédiée au dieu Ningishzida, v. 2120 av. J.-C., musée du Louvre.
Inscription, en écriture arabe calligraphiée datant du premier tiers du XIe siècle (vers 1011), gravée sur le fût d'une colonne dans la Grande Mosquée de Kairouan (Tunisie).

L’écriture est un moyen de communication qui représente le langage à travers l'inscription de signes sur des supports variés. C'est une forme de technologie qui s'appuie sur les mêmes structures que la parole, comme le vocabulaire, la grammaire et la sémantique, mais avec des contraintes additionnelles liées au système de graphies propres à chaque culture.

Dans les sociétés humaines émergentes, le développement de l'écriture est probablement lié à des exigences pragmatiques comme l'échange d'informations, la tenue de comptes financiers, la codification des lois et l'enregistrement de l'histoire.

Autour du IVe millénaire av. J.C.[1], la complexité du commerce et de l'administration en Mésopotamie dépasse les capacités de mémorisation des hommes de sorte que l'écriture y devient une méthode plus fiable d'enregistrement et de conservation des transactions[2]. Dans l'Égypte antique et en Mésopotamie, l'écriture a pu évoluer pour l'élaboration des calendriers et la nécessité politique de consigner les événements historiques et environnementaux.

Ainsi, l'écriture a joué un rôle dans la conservation de l'Histoire, la diffusion de la connaissance et la formation du système juridique.

Le résultat de l'écriture est généralement un texte dont le destinataire est le lecteur.

L'apparition de l'écriture distingue la Préhistoire de l'Histoire, car elle permet de conserver la trace des événements et fait entrer les peuples dans le temps historique. Elle marque aussi une révolution dans le langage et le psychisme, car elle fonctionne comme une extension de la mémoire.

Systèmes d’écriture

Article détaillé : Système d'écriture.

Les systèmes d'écriture peuvent être classés fonctionnellement en trois grandes catégories : logographique ; syllabique et alphabétique[1]. Certains y ajoutent les systèmes sémasiographiques. Il existe aussi des systèmes mixtes. L'étude des systèmes d'écriture et de leur évolution au cours de l'histoire humaine est l'étymographie.

Sémasiographies

Article détaillé : Sémasiographie.

Les sémasiographies sont des systèmes de communication d'idées qui ne s'appuient pas sur la représentation d'unités d'une langue parlée. Tous les spécialistes ne s'accordent pas à les considérer comme des écritures : on parle également parfois de pré-écritures ou proto-écritures. Les symboles Adinkra des Akans, au Ghana et en Côte d'Ivoire, en sont un exemple.

Écritures logographiques

Article détaillé : Logogramme.

Un logogramme est un caractère ou glyphe écrit qui représente un mot ou un morphème. Il s'agit d'un pictogramme lorsque le logogramme représente directement un objet, d'un idéogramme lorsqu'il symbolise une idée.

En complément, les systèmes logographiques incorporent généralement une composante directement phonétique, représentant des syllabes ou des sons sans référence à un sens précis : on parle alors de phonogrammes.

Dans les anciens caractères chinois, cunéiformes ou dans l'écriture maya, un glyphe peut être un morphème, une syllabe ou les deux. Les hiéroglyphes égyptiens comportent à la fois des logogrammes et des phonogrammes consonantiques.

Un grand nombre de logogrammes est nécessaire pour écrire une langue[1].

Écritures syllabiques

Article détaillé : Syllabaire.

Dans un syllabaire, chaque symbole représente une syllabe. Le linéaire B utilisé pour écrire le mycénien ou les kana japonais sont des syllabaires. En moyenne, 80 à 120 signes syllabiques sont typiquement nécessaires pour écrire une langue[1].

Écritures alphabétiques

Articles détaillés : Abjad, Alphabet et Alphasyllabaire.
Lamelles de Pyrgi gravées sur des plaques en or pour commémorer un traité entre les Étrusques et les Phéniciens datant du e siècle av. J.-C.. Elles sont écrites en alphabet étrusque et phénicien. Retrouvées à Pyrgi, le port de Cerveteri. Musée national étrusque de la villa Giulia à Rome, Latium.

Une écriture alphabétique est un ensemble de symboles dont chacun représente un phonème de la langue. La combinaison de plusieurs symboles est nécessaire pour représenter une syllabe ou un mot. Une trentaine de signes alphabétiques peuvent suffire à écrire une langue[1].

Il existe trois grands types d'écriture alphabétique.

  • Les abjads ou alphabets consonantiques ne comportent de signes que pour les consonnes. C'est le cas de la plupart des systèmes d'écriture du Moyen-Orient, bien que les voyelles puissent y être indiquées secondairement et de façon plus ou moins facultative par l'ajout de divers diacritiques ou matres lectionis (consonnes jouant un rôle vocalique). Le terme d'abjad provient de la contraction des noms des quatre premières lettres de l'alphabet arabe : ʾalif, bāʾ, ǧīm et dāl (أﺑﺠﺪ).
  • Les alphabets proprement dits comportent à la fois des signes pour les consonnes et les voyelles. Le premier à être développé fut l'alphabet grec, issu de l'alphabet phénicien (qui est un abjad). Le passage de l'abjad à l'alphabet complet se fit en réaffectant à la notation des voyelles certaines lettres correspondant à des consonnes du phénicien qui n'avaient pas d'usage en grec. La plupart des alphabets ultérieurs dérivent de ce prototype grec. Le mot même d'alphabet provient des noms deux premières lettres de l'alphabet grec : alpha, bêta.
  • Les alphasyllabaires représentent une autre voie d'évolution des abjads vers la notation systématique des voyelles. Dans ces systèmes, les signes de base représentent des consonnes seules ou suivies d'une voyelle inhérente, et les autres voyelles sont indiquées par des diacritiques ou des modifications de la forme des signes consonantiques. Les alphasyllabaires sont répandus dans l'écriture des langues en Éthiopie, en Érythrée, en Inde et dans les pays du Sud-Est asiatique. Ils sont appelés également abugidas, par contraction de quatre signes de l'alphasyllabaire guèze : አቡጊዳ, a-bou-gui-da.

Systèmes mixtes

Le système d'écriture d'une langue peut faire coexister plusieurs sous-systèmes de fonctionnements différents. C'est le cas en japonais, où sont employés simultanément des logogrammes (les kanji, usage japonais des caractères chinois) et deux syllabaires (les hiragana et les katakana). Un autre exemple est constitué par les semi-syllabaires, qui comportent à la fois des signes pour des syllabes entières et d'autres pour des phonèmes isolés.

Dans d'autres langues
Afrikaans: Skryfkuns
aragonés: Escritura
العربية: كتابة
ܐܪܡܝܐ: ܟܬܒܬܐ
asturianu: Escritura
Aymar aru: Escritura
azərbaycanca: Yazı
تۆرکجه: یازی
башҡортса: Имлә
žemaitėška: Rašts
беларуская: Пісьмо
беларуская (тарашкевіца)‎: Пісьмо
български: Писане
বাংলা: লিখন
brezhoneg: Skrivañ
bosanski: Pisanje
català: Escriptura
Cebuano: Pagsulat
کوردی: نووسین
čeština: Psaní
Cymraeg: Ysgrifen
dansk: Skrivning
Deutsch: Schreiben
Zazaki: Nuşte
Ελληνικά: Γραφή
English: Writing
Esperanto: Skribo
español: Escritura
euskara: Idazketa
estremeñu: Escreviura
فارسی: نوشتن
suomi: Kirjoitus
Frysk: Skriuwen
贛語: 書寫
galego: Escrita
עברית: כתיבה
हिन्दी: लेखन
Fiji Hindi: Writing
hrvatski: Pisanje
Kreyòl ayisyen: Ekri
magyar: Írás
Հայերեն: Գրություն
interlingua: Scriptura
Bahasa Indonesia: Menulis
Ilokano: Panagsurat
íslenska: Skrift
italiano: Scrittura
日本語: 筆記
Patois: Raitn
Taqbaylit: Tira
ಕನ್ನಡ: ಬರವಣಿಗೆ
한국어: 쓰기
Latina: Scriptura
Limburgs: Sjrieve
lingála: Bokomi
lietuvių: Rašymas
latviešu: Rakstīšana
Malagasy: Soratra
македонски: Пишување
മലയാളം: എഴുത്ത്
Bahasa Melayu: Penulisan
Mirandés: Scrita
မြန်မာဘာသာ: အရေးအသား
नेपाल भाषा: च्वेगु
Nederlands: Schrijven
norsk nynorsk: Skrift
norsk: Skriving
occitan: Escritura
Livvinkarjala: Kirjutus
ਪੰਜਾਬੀ: ਲਿਖਾਈ
polski: Pismo
Piemontèis: Scritura
پنجابی: لکھائی
português: Escrita
Runa Simi: Qillqay
română: Scriere
русиньскый: Писаня
саха тыла: Сурук
sicilianu: Scrittura
Scots: Scrievin
srpskohrvatski / српскохрватски: Pisanje
Simple English: Writing
slovenščina: Pisanje
Soomaaliga: Qoraal
српски / srpski: Писање
Basa Sunda: Nulis
svenska: Skrivkonst
Kiswahili: Uandishi
ślůnski: Szrajbůnek
தமிழ்: எழுத்து
తెలుగు: రాత
Tagalog: Pagsusulat
Türkçe: Yazı
татарча/tatarça: Язу
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: يېزىق
українська: Письмо
اردو: تحریر
Tiếng Việt: Chữ viết
Winaray: Panurat
ייִדיש: שרייבן
中文: 書寫
粵語: 寫字