École polytechnique fédérale de Lausanne

Page d'aide sur les redirections « EPFL » redirige ici. Pour les autres significations, voir EPFL (homonymie) et École polytechnique.
École polytechnique fédérale de Lausanne
École polytechnique fédérale de Lausanne (logo).svg
Histoire et statut
Fondation
1969 [1]
Type
École polytechnique, publique
Régime linguistique
Président
Localisation
Campus
55 hectares [2]
Localisation
Pays
Drapeau de la Suisse  Suisse
Localisation sur la carte du canton de Vaud
voir sur la carte du canton de Vaud
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lausanne
voir sur la carte de Lausanne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg
Chiffres-clés
Etudiants
10 536 (en 2016) [6]
Enseignants-chercheurs
477 (en 2016) [3], [5]
Budget
965.0 millions CHF (2016) [1]
Divers
Membre de
Site web

L’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) est une université technique, spécialisée dans le domaine de la science et de la technologie, située à Lausanne (sur le territoire de la commune d' Écublens) [7], en Suisse, et fondée en 1853 sous le nom d’École spéciale de Lausanne [8].

A fin 2016, elle compte 10 536 étudiants (Bachelor, Master, Doctorants et Postformation) de plus de 112 nationalités ainsi que 5 879 collaborateurs dont 346 professeurs [9], [10].

Elle est dirigée par un président et plusieurs vice-présidents.

Histoire

Vue aérienne ( 2017) de l' École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ; l'EPFL forme avec l' Université de Lausanne (hors de la photo) un vaste campus à proximité du lac Léman.

L'école fut fondée en 1853 [11], à l'instigation de Louis Rivier, diplômé de l' École centrale Paris (ECP) en 1843, Jean Gay, professeur et recteur de l'Académie de Lausanne, Pierre-Joseph Marguet, ancien élève de l' École polytechnique et Jules Marguet, diplômé de l'École centrale de Paris en 1840. Cette école privée appelée École spéciale de Lausanne est inspirée par l'École centrale de Paris. À ses débuts, elle compte seulement onze élèves et ses locaux sont situés rue du Valentin à Lausanne.

En 1869, elle devint le département technique de l'Académie de Lausanne, ancêtre de l' Université de Lausanne [12]. Lorsque cette dernière fut réorganisée et acquit le statut d'université en 1890, la faculté technique changea son nom en École d'ingénieurs de l'Université de Lausanne.

En 1946, elle fut rebaptisée École polytechnique de l'Université de Lausanne (EPUL) et s'installe à l'Hôtel Savoy, avenue de Cour à Lausanne et sur le domaine voisin des Cèdres.

En 1969, l'EPUL fut séparée de l'Université de Lausanne, et devint une institution fédérale sous son nom actuel, rejoignant l' École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) [13]. Il est alors décidé de transférer l'EPFL sur le nouveau site d' Écublens.

Dans les années 2000, sous l'impulsion de son nouveau président Patrick Aebischer, l'EPFL effectue une mutation importante, renforçant considérablement son implication dans le domaine des sciences de la vie, avec la création d'une faculté spécifique divisée en des sections de bio-ingénierie, cancérologie, infectiologie et neurosciences [14]. Le projet phare de ce redéploiment est Blue Brain.

Depuis Formation Continue UNIL-EPFL [15].

À ce jour, l'école est l'un des six établissements publics autonomes qui forment le domaine des Écoles polytechniques fédérales et dépend de l' État fédéral, contrairement aux autres hautes écoles universitaires de Suisse qui sont généralement gérées par les cantons.

Le 2 avril 2015, l' Iran et le Groupe P5+1 ont annoncé au Rolex Learning Center leur accord cadre sur le Nucléaire Iranien.

Dans d'autres langues
മലയാളം: ഇപിഎഫ്എൽ